Marmagne 1/3

Eglise de Marmagne

Sainct-Martin-de-Marmagne

Dudict village de Charmoy, nous sommes descendus à Sainct-Martin-de-Marmagne, apartenant, partie aux héri­tiers de monsieur le comte de Soissons et l’autre au sieur Jeannin ; où estans, après avoir mandé Jean Chemardin, l’antien, eschevin dudict Marmagne, nous nous sommes faict representer les roolles des impositions faictes sur les habitans, en suitte des billetz à eux envoyez; et, à quoy satisfaisant, le serment d’iceluy pris, nous avons recogneu y avoir audict lieu cinquante habitans dont quatorze tenans charrues; le reste estans pauvres gens; lequel nombre nous avons recogneu véritable par la visitte que nous avons faicte de pot en pot, en toutes les maisons desdicts habitans; lesquels nous ont remonstré que leurs bledz avoient esté, les années dernières, tous gresléz et geléz et que leur communauté debvoit, à la dame Duperier, d’Ostun, quatre-cens livres d’un costé, trois-cens livres d’autres, et encore, au sieur Cortelot, dudict Ostun, cinq-cens livres.

Nottamment se sont plainctz à nous des grandes pertes quils ont souffertes par le régiment de Tava­nes (Jacques de Saulx, comte de Tavannes, lieutenant général des armées du roi, bailli de Dijon.) et la compagnie de la Grange (D’une ancienne famille originaire de Montcenis.) qui y ont passé, dont ilz ont dressé des procès-verbaulx, desquels monseigneur l’intendant (Louis de Machaut de Soisy, gouverneur de Bourgogne de 1636 à 1638 et de 1644 à 1650.) est saisy. De plus, nous ont remonstré que un nommé Lazare Millard, gendre de fut M. Jean Brenot, mar­chand en la forest de Viseneul (Viseneul ou Visignieux, hameau de Marmagne, qui a donné son nom à une forêt.), qui residoit depuis un an à Marmagne et y tenoit feu et lieu et qui vasquoit extrêmement, pouvant payer autant et plus que six des meilleurs laboureurs dudict lieu, refusoit d’y payer taille, quoy que lesdicts habitans l’eussent compris dans leurs roolles.

(Etat des paroisses et communautés du bailliage d’Autun  en 1645, d’après le procès verbal de la Visite des feux, in Mémoires de la Société Eduenne, par Gabriel Dumay, tome V, année 1875)

This entry was posted in Histoire locale and tagged . Bookmark the permalink.

One Response to Marmagne 1/3

  1. le_villierain says:

    En fait, ce ne sont pas des habitants, mais des feux. On compte en moyenne 5 personnes par feu. Lors du recensement des feux de 1735, Saint Martin de Marmagne compte 61 feux, ce qui est cohérent.

Laisser un commentaire