Donation pieuse de Esme BRUNET

donation pieuse le 1er avril 1678 de Esme BRUNET prêtre à Chalon.

Il était fils de Philibert BRUNET. Sa sœur était mariée à  Bénigne BERBIS seigneur des Maillys, contrôleur au grenier à sel de Beaune, de laquelle il eut entre autres : Antoine, Guillaume et Esme, ce dernier officier au régiment de Picardie.

« Je désire avec l’agrément de Messieurs les Vénérables Doyen et Chanoines du Chapitre de Saint-Vincent, que mon corps soit inhumé dans le creux qui est auprès du grand eaubénistier de leur église, où mon père et mes ayeuls ont été inhumés et que l’on fasse le service pour le repos de mon âme à l’autel de la paroisse, retranchant tout ce qui ne va qu’à l’extérieur pour l’employer à faire dire des messes au jour de mon obit, et au lieu de faire des services au trental et au  bout de l’an, je veux qu’on fasse dire pour mon salut, cent messes basses à chacun de ces deux jours. Outre lesquelles messes je veux qu’on fasse un annuel à l’autel de la chapelle consacrée sous l’invocation de Saint-Nicolas dont j’ai été chapelain. Y faisant dire une messe tous les jours de l’année de mon décès… Je veux qu’incontinent après ma mort l’on prenne sur le plus clair de mes biens la somme de cent livres et qu’on l’emploie à faire dire des messes masses au plus grand nombre qu’il se pourra…

Donne et lègue à la dite chapelle de Saint-Nicolas érigée en l’église cathédrale Saint-Vincent de Chalon, la somme de cent livres pour une seule fois seulement qui sera remise six mois après ma mort entre les mains de Monsieur le Trésorier de Saint-Vincent pour être employée aux réparations qui resteront encore à faire aux bâtiments de la dite chapelle.

« Comme aussi le sus dit testateur lègue et donne aux Révérends pères Jésuites du Collège de Chalon, la somme de cinq cents livres pour une fois seulement payable six mois après mon décès à peine d’intérêts ».

source : mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Chalon sur Saône – 1910

This entry was posted in Généalogie and tagged . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire