Donation pieuse de Claude MAILLY

Le 14 septembre 1682, donation pieuse de Claude MAILLY, protonotaire du Saint-Siège apostolique, prêtre, ancien prieur d’Oisesme.

Il résidait à Chalon, rue Saint-Georges, frère de Guillaume MAILLY, grènetier, lequel fit une fondation en 1653 en faveur de la chapelle de Saint-Philippe de Néri aux Minimes de Chalon ; et de Mathieuse MAILLY qui donna 10 000 livres aux RR. PP. Minimes pour bâtir une partie du couvent.

Claude MAILLY était l’oncle de Jeanne MAILLY veuve de M. Nicolas MATHIEU, lieutenant particulier au bailliage de Chalon, seigneur de Varennes et Frontenard sur le Doubs ; Madame MAILLY fut présidente des Dame de la Miséricorde de 1665 à 170. Nicolas MATHIEU était le frère de Madame Abigaël MATHIEU baronne de Traves.

« Je demande que mon corps soit mis au milieu du charnier de la chapelle de Saint-Philippe de Néri qui est en l’église des RR.PP. Minimes de cette ville.

« Je lègue à la paroisse de Saint-Vincent la somme de cinquante livres. Je lègue aux pauvres honteux de cette ville la somme de cent livres distribuables le plus tôt que faire se pourra et sans respects humains, par l’Intendante de la Miséricorde assistée des demoiselles LORIMIER et GONON, filles.

« Je lègue aux RR. PP. Jésuites de cette ville de Chalon, la somme de cent livres, recommandant mon âme à leurs Saints-Sacrifices et à leurs prières.

« Je lègue à la congrégation des Messieurs, érigée chez eux, sous le titre de la Purification de Notre-Dame, mon plus beau voile de calice de satin blanc en broderie d’or et de soie, et les aubes que j’aurai au temps de mon décès.

« Je lègue aux RR. PP. de l’Oratoire du dit Chalon, cent livres, à la charge qu’ils diront le plus tôt que faire se pourra, cent messes pour le repos de mon âme ; Je lègue aux RR. PP. Bénédictins de Saint-Pierre du dit Chalon, la somme de cent livres à la même charge  ; aux RR. PP. Carmes la somme de cent livres à la même charge ; aux RR. PP. Cordeliers la somme de cent livres à la même charge ; aux RR. PP. Capucins pareille somme à la même charge.

« Je lègue aux RR. PP. Minimes du dit Chalon, la somme de deux cents livres pour l’annuel des messes qu’ils seront obligés de faire pour le salut de mon âme en la dite chapelle de Saint-Philippe de Néri à la réserve du lundi et du vendredi de chaque semaine, auxquels jours la messe sera dite au grand autel privilégié et ce outre la messe quotidienne que j’ai fondée en la dite chapelle.

« Je lègue aux religieuses Carmélites du dit Chalon, la somme de cinquante livres ; aux religieuses Jacobines pareille somme ; aux religieuses Bénédictines pareille somme ; aux religieuses Ursulines pareille somme ; aux religieuses de la Visitation pareille somme de cinquante livres, recommandant mon âme à leurs prières.

« Je lègue aux RR. PP. de Saint-Antoine la somme de cent livres à charge de cent messes ».

Source : Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Chalon – 1910

This entry was posted in Généalogie, Histoire locale and tagged . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire