Donation pieuse de Jean-Baptiste VITTE

Le 8 septembre 1684, donation pieuse de Jean-Baptiste VITTE, prêtre, protonotaire du Saint-Siège, avocat au parlement de Paris.

Né à Louhans et baptisé en décembre 1622 en l’église Saint-Pierre de Louhans, fils de Jean VITTE et Elisabeth MAILLY. Ses frères étaient : Paul VITTE, cordelier ; Bernard VITTE jésuite à Salins, lequel donna deux mille livres au collège littéral de Chalon par son testament reçu chez Maître LESLIDE notaire royal à Chalon, en 1642.

VITTE : d’azur au sautoir d’or, cantonné en chef d’un croissant d’argent

« Je souhaite être inhumé au milieu de la nef de l’église cathédrale de Saint-Vincent de Chalon… Je veux que dix pauvres hommes vieillards tiennent les cierges autour de ma bière et qu’on leur donne un escu blanc en place de drap noir, et une pièce de 3 sols et 1/2 à chaque pauvre assistant à mon enterrement… faire dire incessamment sans aucun délai, pour le salut de mon âme, quinze cents messes basses selon l’office du jour. Savoir trois cents messes basses en chaque église de religieux Carmes, Cordeliers, Minimes, Capucins, prêtres de l’Oratoire, establis au dit Chalon, et pour cela je veux qu’on donne pour une fois, sans remise, cent livres à chascune de ces cinq maisons de religieux et prêtres de l’Oratoire.

« Je laisse pour une fois quinze livres à la Confrérie du Saint Sacrement érigée dans la dite église de Saint-Vincent, comme aussi pour une fois quinze livres à chaque des deux confréries érigées dans la chapelle de Notre-Dame-de-Pitié du dit Saint-Vincent.

« Je lègue pour une fois douze livres à Notre-Dame de La Motte du dit Chalon, douze livres à Notre-Dame-du-Scapulaire, douze livres à Notre-Dame du Rosaire, établies au dit Chalon et quinze livres à chaque congrégation établies au collège littéral du dit Chalon, l’une sous le titre de l’Immaculée Conception, l’autre de l’Annonciation et la troisième de la Purification de la Sainte-Vierge.

« Je donne pour une fois soixante quinze escus blancs à Notre-Dame de Lancharres établie au dit Chalon…

« Je laisse pour une fois vingt livres aux Dames de la Miséricorde du dit Chalon, pour subvenir à leurs exercices de piété envers les pauvres.

Source : Mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Chalon – 1910

This entry was posted in Généalogie. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire