Journal de Noé LACROIX – 1613 (2)

Le dimanche septiesme jour de juillet 1613, un grand fouldre se levant sur les neuf heures du soir, a faict de grands degasts sur les fruicts de la terre, et sur les dix heures le tonnerre tombant sur le cochier des Cordeliers de la présente ville de Chalon, lequel il auroit tout rompu du costé de soleil couchant, comme aussy auroit rompu tous les cordages et fil d’archal de leur orloge, et la monstre d’icelluy estant dans la nef du cœur de ladicte eglize, où estans lesdits Cordeliers prians Dieu estans fort esmeu des pierres qui leur furent éjectées et du feu dont il ils estoient environnés, sans en offenser aulcun. Loué soit Dieu.

et au mesme instant ledict fouldre et esclat du ciel s’adresse en une maison naguères bastie et appartenant à Jean LESPINASSE, tanneur à Chalon, où il auroit brisé une forte et grosse pièce de bois estant au milieu du pignon de ladicte maison, dois le feste jusques au bas. Dieu nous en préserve à l’advenir !

Et le lendemain huictiesme desdicts mois et an, un nouveau fouldre se leva. Il tomba un esclat de tonnerre sur le jeu de paulme des Trois-Roys au milieu de la grand rue du dit Chalon, appartenant aux veuve et héritiers Mre Hugues PERRETTE, où il fist un peu de dégast, et sur la maison d’honorable Nicolas LAMBERT à luy appartenant à cause d’honorable Louÿs BORNE, joignant lesdicts Trois Rois.

En ladicte année, grand quantité de peuple estoit affligé de fiebvres, flux de ventre et autres incommodités, de quoy il en mourut beaucoup.

Ladicte année 1613; il a esté grand quantité de cancoires, grenouilles à queue et divers autres sortes d’animaux, tant vollant que terriens, non accoustumés veoir en ces quartiers.

En la présente année 1613, le sinode des Capucins a esté tenu au couvent des Pères Capucins de Chalon, où il y avoit grand quantité de notables religieulx dudit ordre, lesquels, après avoir faict une procession où ils estoient en nombre de LX, preschèrent l’espace de huict jours dans l’église Sainct Vincent de Chalon les uns après les autres, et preschèrent aussy en quelques autres églises, lequel sinode dura l’espace de douze ou quinze jours.

Aussy, les bons foings ont esté fort rares par le moyen de l’inondation des eaux qui ont duré tout l’esté, en sorte qu’après les eaux retirées, les foings qui ont resté, en partie se sont treuvez remplis de petites carpes seiches qui sont demeurées dans les preys qui ont rendus les foings tout infects.

Et la mesme année il a esté grand quantité de poissons.

Sur la fin de ladicte année, la peste a esté fort cruelle au Comté de Bourgongne dont on a esté contrainct faire la garde à Chalon. Dieu nous en préserve !

Source : Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Chalon – 1883-1888 par Anatole de CHARMASSE

This entry was posted in Histoire locale and tagged . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire