Journal de Noé LACROIX – 1616

Le dimanche des Rameaux, vingt-septiesme jour de mars 1616, j’ay faict le pain bénit de la confrairie de Mr Sainct Claude, érigée en l’église des pères Cordeliers de Chalon, comme confrère de ladicte confrairie. Au service de la messe célébré ledict jour estoient plusieurs et notables personnes. Dieu veulle que ce soit à l’honneur et à sa gloire le tout.

Le vendredy XX may 1616, Mr le baron d’UXELLE père, gouverneur au Chalonnois, est déceddé en la citadelle dudict Chalon, sur les trois heures après midy, et inhumé en l’églize des Pères Minimes sur les six heures du soir ; pendant lequel obsèque, une grande pluye arriva, qui incommoda extrêmement le deuil et les assistans ; à l’enterrement duquel il y avoit quelques gentilshommes avec les religieux Sainct Marcel et toutes les processions de la ville ; à la porte de laquelle citadelle il y a eu contestation entre Messieurs les gens du Roy et Messieurs de la ville, au faict de l’ordre qu’ils devoient tenir, et vouloient lesdicts sieurs gens du Roy aller les premiers, et Messieurs de la ville en corps y vouloient aller : auquel enterrement estoient Messieurs les gens du Roy à droicte, et Messieurs de la ville à gauche, à la forme accoustumée, assistez de grande multitude de peuple.

Et le lundy XX juin 1616 madame d’UXELLE  (Catherine de BAUFFREMONT fille de Nicolas, seigneur de Sennecey) est déceddée et enterrée le lendemain XXIe dudict mois en la dicte église des Pères Minimes, après l’oraison funèbre faicte au cœur de Saint-Vincent dudict Chalon par le père gardien des Capucins.

Le dimanche, tier de juillet 1616, une grande fièvre me print à l’entrée de la nuict, qui m’a duré l’espace de VIII jours continuelz, dont j’ay esté grandement malade et presque affin de mort. Mais, loué soit Dieu ! Il a réussi autrement avec l’aide de Dieu et de Messieurs de LA CROIX (Marc) et de PONTOUX (Nicolas, célèbre médecin chalonnais mort en 1620), médecins, qui y ont apporté tout leur possible, la maladie ayant esté fort longue, ayant esté saigné par deux fois et aux deux bras. Dont j’en loue et rend grâces au bon Dieu de ce qu’il luy a pleu m’avoir visité.

Grand quantité de soldats ont passé par ceste ville de Chalon l’espace de plus  de six sepmaines, tous à pied, n’ayant que leur espée, tirant, suivant le commun dire, à Venize ; d’aultres disent que c’est en Piedmont.

Le jour de mi-aoust, dame Marguerite RUSSILY, femme de M. George LESLIDE, mon beau-frère, est déceddée et enterrée à Saint-Vincent, prosche l’hostel saincte Anne, le lendemain jour de feste Mr Saint Roch.

et remarié en octobre 1616 suivant avec la veuve GOLURET.

Source : Mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Chalon – 1883-1888 par Anatole de CHARMASSE

This entry was posted in Histoire locale and tagged . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire