Chronique de Dennevy 3/5

Dennevy - école des filles

Il a fait cette année (1731) un hyver très rigoureux et très long pendant tout le mois de février, et il est tombé. Il y a eû une si grande quantité de neiges qu’on ne pouvait presque aller par le dehors. Les voitures publiques, coches, diligences, messagers n’ont pu travailler pendant quelques semaines. Cette abondance de neiges néanmoins s’est fondûe insensiblement et s’en est allée sans inondation. Les mois de mars et avril suivants ont été les plus beaux et les plus secs qu’on aye jamais veü et les plus propices pour les laboureurs et vignerons qui n’avaient rien pu faire par le dehors  jusqu’ à ce temps. Avril, may, juin ont été d’une sécheresse sans exemple.

En cette année (1733) les frimas furent si fréquents et si violents au commencement de l’hyver que presque personne n’en fut exempt et qu’il mourut quantité de personnes surtout dans les villes. La vendange fut modique partout mais la moisson fut assez abondante

à suivre…

This entry was posted in Histoire locale and tagged , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire