Journal de Noé LACROIX – 1615

L’année 1615, environ les mois d’avril et may, il est passé quantité de chevalliers de Malte, allant audit lieu, pour cause du siège estant posé par les Turcs devant ladite ville de Malte.Ladicte année, les oyseaulx des nobles jeux de l’arc, de l’arbaleste et arquebuze avoient été mis chacun deux fois, les deux années précédentes, sçavoir, celuy de l’arc, qui se tire le premier, par honorable Jacques BONNOT, praticien ; celuy de l’arbaleste par Mtre.. TAPIN sieur de Perrigny ; et celuy de l’arquebuze par honorable Louys BÉRARD, marchand, et sy ilz eussent mis à bas les oyseaulx, chacun en leur jeu, ilz fussent esté empereurs, mais ilz ont esté empeschez par le moyen de la quantité de chevaliers et gens expers en cette affaire.

Au mois de may 1615, une servante blanchissant du fil en la rivière de Genise, dernier les Cordeliers, se noya ; une cordelière la voulant sauver, se noya ; une aultre Cordelière voulant recouvrer l’autre, se noya aussy, et un homme, voyant le spectacle, se voulut mettre en la rivière pour tascher à les sauver, y demeura aussy et fut noyé.

Le XXIIe may 1615, le sieur baron de Ruilly fut admené par douze ou treize hommes en la ville de Chalon, fort blessé, dont il mourut en prison le mesme jour.

Le dimanche XXI juin 1615, j’ay faict le pain bénit de la confrairie des sergens, comme prieur, ayant esté continué, le mesme jour prieur de ladicte confrairie pour l’année 1616.

Le mardy XXVII aoust 1615, mon beau-frère Pierre HUGOT décéda sur les IX heures du soir, et fut enterré devant la porte de l’église de la Motte, le lendemain, où estoient assistans dix de ses enffans, et ma sœur, sa femme, enceinte et preste d’accoucher ; et fut la prohibition d’inventaire par luy faicte, emologuée en la Cour des foires de Chalon par Mtre Jean BERNARD, lieutenant général du bailliage, Mtre CHASSEPOT, procureur du Roy, et Mtre Anthoine VINOT, à présent greffier. Et a esté recongneu que dans la dicte ville de Chalon, pour cause de la mort de Mtre Romain COLMON, la femme de honorable Esme SOUCELIER, honorable Philibert SIMONOT et dudit HUGOT, il s’est treuvé quarante trois enffans orphelins, tous leurs enffans.

Source : Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Chalon – 1883-1888 – par Anatole de CHARMASSE

This entry was posted in Histoire locale and tagged . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>