Journal de Noé LACROIX en 1628 – 2/3

Le sabmedy vingtiesme de may 1628, sur quelque nouvelle arrivée de la part des seigneurs estans pour le service du Roy en l’armée de La Rochelle, mandée à leurs amis en ayans faict participans les aultres seigneurs et villes de la Bourgongne et aultres provinces, que les Anglois estans venus se camper devant La Rochelle en nombre de cinquante quatre vaisseaux, dont il y en avoit trente huict de guerre et les aultres plains de munitions tant de guerre, bouche que feux artificiels, en intention de donner services à ladicte ville de La Rochelle et entrer dedans, selon leur dessain : sur lesquelles nouvelles, le peuple a esté esmeu et délibéré à faire prier tendant qu’il pleu à la divine puissance assister nostre bon Roy Louys treiziesme de son sainct secours et le favoriser de ses bénédictions et luy prester son bras d’équité. Pour quoy faire, le peuple chalonnois, scavoir les bons catholicques et fidelles serviteurs de Sa Majesté, se sont mis en debvoir et proposé de ne poinct cesser leurs prières qu’ils n’eussent de bonnes nouvelles de ce qui se passeroit audict lieu de La Rochelle. Pour quoy faire, Messieurs les magistrats de la ville ont résolu de faire prier incessamment, et pour ce faire ledict jour de sabmedy 20 may, le peuple amassé au son de la cloche dans l’église Sainct-Vincent où l’on commençoit par une belle exortation faicte par le révérend père gardien des Capucins ; puis après, la procession faicte par la ville, toutes les procesions, tant des paroisses que religieux en grand nombre, le peuple y estant en si grand quantité qu’on croit qu’il y avoit, tant hommes, femmes et enffans, au moins quatre mille personnes.

Lesdictes processions et exortations ont duré l’espace de huict jours, mesme jusques au dimanche des Rogations, avec la plus belle assistance que jamais se soit veue : Messieurs du clergé allant devant, à l’ordinaire, Messieurs les gens du Roy, avocats et procureurs, tous avec leurs robbes, en bel ordre ; Messieurs de la ville, citoyens, bourgeois et marchans et aultre sorte de personnes, tenant la main gauche, à l’ordinaire.

Ledict jour de dimanche des Rogations, qui estoit le vingt huictiesme dudict mois de may, sur les bonnes nouvelles arrivées le sabmedy auparavant, que les Anglois, par l’aide et secours de Dieu, avoient esté deffaicts par l’armée du Roy, et mesme par leurs feux artificielz bruslez par la providence de Dieu, pensant confondre l’armée du Roy : mais Dieu, ayant ouy les prières de son peuple, a presté son sainct secours à la juste requeste de nostre Roy, et par ainsy les feux de joys furent faicts : scavoir, ung en la place devant les mères Jacobines, auquel Mr le marquis d’UXELLE et Monsieur VIREY, à présent maire, mirent le feu avec des flambeaux ardans, où il fut tiré quantité d’arquebuzades par les clercs de la bazoche, force pétards et canons, tant de la ville que de la citadelle ; et après, ledict sieur VIREY fit mettre le feu aux autres lieux préparés, qui estoient devant Sainct Vincent, le Chastelet et au faulbourg Sainct Jean de Maisel où les habitans estoient en armes, où il fut aussy tiré quelques coups de canon et force arquebuzades, tant par lesdicts habitans que clercs. Je prie Dieu qu’il nous envoye en bref d’aultres bonnes nouvelles agréables à nostre Roy, à la France et à tous les bons catholicques françois, et que tout tende à sa gloire.

Le lundy treiziesme jour du mois de juin, le régiment de Monsieur d’UXELLE est party de Chalon, allant à Lyon prendre les armes, et en passant se seroient embarqués à Tournuz sur la rivière de la Saosne ; ledict sieur marquis d’UXELLE party le sabmedy auparavant, allant à la guerre en la duché de Mantoue, en qualité de premier mestre de camp.       Ledict jour, le régiment de Monsieur de MOULIN est passé par la ville de Chalon et logé ung soir, lequel s’est embarqué sur la rivière de Saosne à Chalon, et passé par la ville en bel ordre.

Le régiment du sieur de LA CHAPELLE a passé par Chalon le 15e jour de juin 1628, et a couché ledict jour audict Chalon, puis embarqué sur la rivière de Saosne, en bel ordre. Dieu le conduise !

Le sabmedy 17 juin, le régiment de Monsieur de MONTHEREAU passa par Chalon, suivant l’ordre, composé de XIIe hommes bien armés, les habitans en armes aux coing des rues parcequ’ils se jactoient de loger dans la ville.

La compagnie de Monsieur, frère du Roy, en nombre de deux cens maistres, a passé tant par la ville de Chalon que aux environs le 20 juin 1628. Monsieur VIREY continué maire ladicte présente année 1628.

Le 21 juin, le régiment de Monsieur (non cité) a passé la rivière de la Saosne en bel ordre.  Et despuis, plusieurs autres régimens ont encore passé et plusieurs compagnies de cavaliers en nombre de plus de douze ou quinze, sans les précédens ayant passé.

Source : Mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Chalon – 1883/88 par Anatole de CHARMASSE

This entry was posted in Histoire locale and tagged . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire