La gazette de Tancon (7)

La présente année 1755, la récolte des grains a été assez abondante, le seigle a valu trente sols et le froment quarante. Il s’est ceuilly peu de légume, le temps n’ayant pas été propre pour cette récolte. Il s’est fait aussi très peu de fourrage par rapport aux bises qui ayant brûlé la pointe de l’herbe dans le commencement et par la sécheresse qu’il a fait. Il s’est fait en assez grande quantité dans des endroits car il ne s’est vendu en ce pays que 24à 25 livres. Les deux années dans le mâconnois il a été plus cher mais ils n’ont pas été bons.

L’assemblée du clergé qui s’est tenue cette année a commencé ses séances au mois de may et ne s’est séparée qu’à la fin d’octobre. Il ne paroit pas jusqu’à présent que n’y ait rien décidé sur les refus des sacrements. L’on dit qu’elle a envoyé au Pape pour avoir sa décision, mais rien n’a encore transpiré.

Le premier novembre jour de la Toussaint, il est arrivé un tremblement de terre qui a détruit une partie de la ville de Lisbonne, capitale du royaume du Portugal. Le feu et les autres tremblements de terre qui ont succédé et continué jusqu’à la fin de décembre, avec les eaux qui ont monté à une hauteur si grande, que le reste de la ville a été englouti. L’on croit qu’il est péri dans cette ville plus de cinquante mille âmes et que la perte des richesses, marchandises et bijoux se monte à dix hui cents millions. Quantité de villes et villages ont été fort maltraités, l’on croit qu’il y a sept isles qui ont été englouties.

Avignon, les villes et villages voisins ont fait des pertes considérables par le débordement du Rhône qui a renversé quantité de maisons et fait des ravages si grands dans les villes et campagnes que l’on a peu être jamais rien vu de semblable. En un mot, les pluyes continuelles et les tremblements de terre se sont faits ressentir presque partout. Dans le Bugay, une ville appelée Sechelle a vu détruire son pont et renversé la maison des religieuses de la Visitation par le tremblement de terre. Dieu veuille nous préserver de semblable malheur.

Il y a eu cette année beaucoup de maladies en cette paroisse et aux environs. Quantité sont morts et j’ay enterré jusqu’à trois corps à la fois.

Source : AD71 – paroissiaux de Tancon

This entry was posted in Histoire locale and tagged . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>