Visite pastorale en 1746 à Saint Maurice lès Châteauneuf – 3/3

Autre fondation de deux messes faite par Benoît DEJOUG le 12 décembre 1691, reçu DESSUIRES, moyennant la rente annuelle de vingt sols hypothéquée spécialement sur le pré dit du Ratet, confiné dans ledit acte, payée aujourd’hui par François DESSAULX, possesseur dudit pré.

Autre fondation d’une messe basse chaque premier lundi du mois faite par Antoine HUMBERT, sous la rétribution annuelle de six livres hypothéquée sur une chénevière et jardin sis à Châteauneuf, par acte reçu ROLLAND le 28 avril 1704, ladite rente reconnue par Claude ROCHE à Mâcon, devant CHAPPUIS notaire le 18 novembre 1727.

Autre fondation d’une messe et d’une procession le jour de Saint-Roch, faite par M. Claude PEQUIN dans son testament reçu COLLONGES du 20 janvier 1723, à la suite duquel est la reconnaissance de MM. DESCHESEAUX prêtres, obligés pour la rente annuelle d’une livre dix sols pour la supportation de ladite fondation, en date du 14 octobre 1745, reçu JOLY.

Autre fondation de trois messes faite par Etienne DESGRANGES moyennant la rente annuelle de trente sols, par acte reçu DECLIGNY le 11 janvier 1655, reconnu par les mariés François MUSSET et Claudine CIRCAUD par acte reçu BOISSEAU le 12 mars 1703, et par la sentence rendue en la justice de Châteauneuf contre Pierre MUSSET le 19 avril 1735.

Autre fondation d’une messe et d’un Libera me faite par François REBÉ, reçu DECLIGNY le 6 octobre 1643, moyennant la rente annuelle de quinze sols hypothéquée spécialement sur deux moulins appelés le Pontpierre.

Autre fondation d’une messe et un Libera me faite par Benoît REBÉ, acte reçu DUCARRE le 21 mars 1657, moyennant la rente annuelle de quinze sols hypothéquée spécialement sur le moulin Choleton audit lieu.

Autre fondation de cinq messes faite par Antoine DEBAL sous la rétribution annuelle de trois livres quinze sols, par son testament reçu COUTURIER du 5 novembre 1640.

Autre fondation rétribuée sept sols six deniers reconnue par Jean FERRAND le 22 octobre 1701 devant DESSUIRES notaire royal, pour laquelle rétribution le sieur curé nous a dit que le tableau des fondations portait une messe annuellement.

Autre fondation de deux messes faite par Claude GAILLOT sous la rente annuelle de trente sols, en exécution de la volonté de ses auteurs, ladite rente hypothéquée sur une chénevière située à Saint-Maurice, hameau de Maschant, de la semence d’une mesure, par acte reçu BOYER le 21 juin 1665.

Autre fondation d’une messe faite par Etienne DELACHAULME, sous la rente annuelle de sept sols six deniers hypothéquée sur un jardin situé à Maschant, ladite rente reconnue par transaction sur procès par Claude MEILLET, possesseur dudit fond, acte reçu DECLIGNY le 16 septembre 1618.

Source : Annales de l’Académie de Mâcon – 1902 – visite pastorale en 1746 de Monseigneur l’Evêque de Mâcon

This entry was posted in Histoire locale and tagged . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire