paroisse
 mariage
 état civil
Consulter
 naissance
Adhérents connectés
Le journal de nos aïeux - XIXe siècle
1807 Journal de voyage
fait à Autun et au Creusot par Louis Bénigne Baudot, magistrat Dijonnais (article transcrit par Bernard Deviller).

1814 : (1er janvier) Entrée des Alliés à Dijon.

1818  délai entre la date du veuvage et le remariage ?
Instructions sur le Rituel
Par le Cardinal de La Luzerne, commentant pour les prêtres et curés les articles du Concile de Trente (1545-1563).

1821 : Fondation des forges de Fourchambault.
1832 : Ouverture du canal de Bourgogne.
1836 : Les Schneider au Creusot.

1842 : Fixation du tracé de la voie ferrée Paris-Lyon par Dijon
1842 : Parution du Gaspard de ta Nuit d'Aloysius Bertrand
1843-1845 : Création de la compagnie des forges de Châtillon Commentry.
1847 : Discours de Lamartine au banquet de Mâcon.
1848 : (Juin) Louis-Napoléon Bonaparte élu dans l'Yonne.

1851 : Le chemin de fer à Nevers et à Nancy.
1851 : (décembre) Insurrections à Clamecy, en Mâconnais et en Puisaye.
1854 : Épidémie de choléra.
1858 : Mise en eau du réservoir des Settons en vue de l'amélioration du flottage.
1858 : Parution du Gaspard de ta Nuit d'Aloysius Bertrand

1870 : (30 octobre) Prise de Dijon par les Prussiens.
1870 : (Ier décembre) Échec des Prussiens devant Autun.
1870 : (18 décembre) Bataille de Nuits.
1871 : (9 janvier) Reprise de Dijon par Garibaldi.
1878 : Apparition du phylloxéra à Meursault.
1899-1900 : Grèves du Creusot


Détail sur le paragraphe "Instructions sur le rituel"

"Instructions sur le Rituel" par le Cardinal de La Luzerne

Le remariage est pour l'Eglise un cas de polygamie successive. Cette polygamie est reconnue. (En cas de polygamie simultanée bien sûr le second mariage contracté est radicalement nul.) "L'Eglise latine autorise le remariage autant de fois qu'on devient libre par la mort de la personne par laquelle on était uni. (à la différence de l'Eglise grecque qui condamnait les troisièmes mariages et les suivants..)

Si l'Eglise ne déclare pas nuls ces mariages et même si elle ne les défend point absolument, son esprit a toujours été de désirer que ceux qui devenoient libres par la mort de leur conjoint restassent dans le célibat et gardassent la continence ; qu'elle improuve principalement ces mariages réitérés et fréquents qui inspirent un soupçon d'incontinence et qui font même parmi les personnes peu religieuses un effet fâcheux. Les Curés et les Confesseurs doivent donc autant qu'ils le peuvent avec prudence exhorter les personnes veuves et surtout celles qui ont passé le temps de leur jeunesse, à rester dans le célibat et à y exercer toutes les vertus que l'Apôtre impose aux veuves. Il y a cependant une infinité de circonstances où ils doivent s'écarter de cette maxime et non seulement permettre un nouveau mariage mais même, d'après l'autorité de saint Paul, y engager leurs pénitents ou leurs paroissiens.

Il y a deux points principaux sur lesquels les conducteurs des âmes doivent avertir et instruire ceux qui convolent à de secondes noces.

Le premier est un devoir de justice pour ceux qui ont eu des enfants de leur premier mariage..

L'autre point sur lequel les Confesseurs doivent avertir les personnes qui se remarient est d'honnêteté et de décence.

Il ne convient point de convoler à de secondes noces immédiatement après qu'on a recouvré sa liberté par la mort de son conjoint.Les lois romaines notoient d'infamie et privoient des avantages qui leur avoient été faits par leurs maris les veuves qui se remarioient dans l'année du deuil. Nos lois canoniques et civiles, infiniment moins sévères n'attachent aucune peine aux secondes noces si promptes mais ces mariages précipités n'en sont pas moins contraires à l'honnêteté publique. Lors même que le second mariage de la femme suit de si près la mort de son premier mari, que l'enfant dont elle accouche peut-être attribué sans certitude à l'un ou à l'autre mari, nos tribunaux prononcent contre cette femme la déchéance des avantages que lui conféroient ses conventions matrimoniales et de plus la condamnent ainsi que son second mari à une amende.

Tel est le prononcé d'un arrêt du 10 mai 1664. C'est principalement auprès des veuves qui sont demeurées enceintes ou qui ont un soupçon de grossesse que l'on doit insister pour différer le second mariage. Les Curés doivent employer envers elles les exhortations les plus pressantes mais si malgré toutes les raisons de décence et quelquefois de justice, elles persistent dans leur résolution ils ne peuvent leur refuser la bénédiction nuptiale.

Il arrive souvent qu'à l'occasion de ces mariages ou d'autres dans lesquels la décence publique n'est pas observée, il se fasse du tumulte dans la populace qui insulte les personnes mariées. Plusieurs Canons de Concile et plusieurs arrêts de nos Cours ont proscrit ces tumultes appelés vulgairement charivari et les curés doivent employer tout leur zèle à les empêcher comme étant également contraires au respect dû au Sacrement, au repos et à l'ordre public".


D'après " Instructions sur le Rituel " par le Cardinal de La Luzerne,
imprimé Lyon 1818, et commentant pour les prêtres et curés les articles du Concile de Trente (1545-1563).

< XVIIIe siècle
Retour au Sommaire
XXe siècle >